Réparer - Nécessaire de couture, version cordonnier - partie 4 (rédigé par "michel clar" )

Nécessaire de couture version cordonnier : la perte d'un bouton de chemise ne constitue pas une avarie majeure en randonnée.

Toutefois, la manipulation maladroite d'un sac à dos arrache parfois une bretelle de son point d'attache. Ce qui rend le sac à dos et sa cargaison totalement importables.

Outre du fil à coudre classique, du fil ciré associé à une aiguille un peu épaisse et à un dé à coudre peuvent permettre de réparer des sangles voire des chaussures.

 

Article publié dans la revue VOYAGEZ RANDO n°4 - Mars - Avril - Mai 2011 - avec son aimable autorisation

Téléchargez le bulletin d'abonnement à VOYAGEZ RANDO

 

1,914

Conseils de Lecture

Diaporama (cliquez sur une vignette)

Réparer - Nécessaire de couture, version cordonnier - partie 4
Dé à coudre (licence Creative Commons Paternité : Sémhur)
 

Contactez l'auteur de cette information

Votre message sera directement reçu par l'auteur de cette information.
CAPTCHA
Si vous êtes un visiteur humain, saisissez les caractères suivants. NB : vous pouvez écrire en majuscules ou minuscules et oublier l'espace entre les mots.
 

Les commentaires sur cet article

Portrait de michel clar

Recoudre des chaussures : pas efficace

En 2005, 2007 et 2008, pas moins de 3 paires de chaussures de randonnée ont rendu l'âme lors de randonnées estivales au Spitzberg, à moins de 1500 km du pôle Nord.

La première année, les chaussures s'étaient littéralement ouvertes comme la bouche de Moby Dick. Nous avons patiemment recousu les coutures à la main avec du fil ciré, une aiguille épaisse et un dé à coudre, comme indiqué. Il ne fait pas nuit en été. Cela tombait très bien parce que l'opération a été très longue. Et au final inutile : dès le lendemain, le cheminement hors sentier avait à nouveau fait céder le fil cousu. Une technique de réparation qui a donc des limites !

Portrait de michel clar

Transport aérien : danger !

Il est fréquent de voir arriver sur des tapis d'aéroport des sacs à dos qui ont voyagé sans protection par avion. Sans dénigrer le travail très ingrat des agents d'aéroport qui déplacent manuellement à longueur de journée des tonnes de bagages, leur façon de se saisir des bagages est adaptée à une valise mais pas à un sac à dos : à coup sur, c'est par la première sangle venue que le sac sera empoigné, alors que les bretelles ou la sangle située juste derrière la nuque supportement mieux ces manipulations réalisées dans l'empressement.

Ainsi, des sangles secondaires de votre sac risquent l'arrachement. Anticipez ce risque en emportant un nécessaire de couture. Plus sûr : placez votre sac à dos dans un sac de voyage !

Ajoutez VOTRE commentaire

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires